La presse est en mutation… et après ?

"La publication de l’étude Médiamétrie 2005-2008 [le confirme] le rayonnement des médias traditionnels sur l’ensemble de la population reste fort (99,2% des Français sont en contacts soit avec la télévision, la radio, la presse ou le cinéma)" mais "cette consommation en hausse s’accompagne également d’une diversification des supports."

"Les Américains réfléchissent sérieusement à une transition vers un journalisme de "non-profit". Puisque l’imprimé perd des lecteurs et que le numérique n’a pas encore trouvé son modèle économique, l’idée progresse outre-Atlantique de faire financer la presse par des fondations […] en tout cas de la soustraire à l’économie de marché." Rupert Murdoch, le magnat de la presse à la tête de News Corp, qui a le sens de la formule, affirme avoir trouvé la solution: "Les ventes des journaux atteindront à nouveau des sommets au 21è siècle… quand les journaux sauront abandonner le papier!"
Je n’en suis pas convaincue… Mais ça n’engage que moi ! Il me semble que la presse papier a encore un rôle à jouer, peut-être moins dans le quotidien, mais dans l’hebdo ou le mensuel avec des revues de presse (du Web, de la semaine, du monde, etc.), des dossiers de fond ou des enquêtes (voir l’expérience de Vendredi). Reste à trouver un modèle économique viable pour le Web

2009-03-13_101316.jpg

Si l’idée récurrente de rendre les contenus payants a encore la dent dure, "la presse en ligne cherche des sources de financement connexes. C’est le cas du site Rue89, qui […] réalise une bonne partie de son chiffre d’affaires avec des activités extérieures telles que la conception de sites, la formation, la vente de contenus" ou encore "un mur virtuel sur lequel les internautes peuvent acheter de l’espace […] de 15 à 349 euros par an. D’autres placent beaucoup d’espoir dans le micropaiement, à la manière des services proposés par l’iphone d’Apple."

"Ce sont toujours les à-côtés, tels que la publicité, la publication de petites annonces, ou encore la vente des "plus produits" comme des livres ou des DVD qui ont dégagé du cash pour maintenir les journaux à flot. Récemment, Le Figaro s’est positionné fortement sur le secteur des petites annonces sur le Web en rachetant le groupe Adenclassifieds."
Et si les petites annonces, manne des titres papiers en leur temps, sauvaient la rentabilité des sites de news ? Couplé à la géoloc’, c’est incontestablement une piste à creuser…

Sur le même sujet : voir notre rubrique Presse en ligne

A lire aussi :
– [MàJ 04/05/09] Web: la gratuité en question
Etats-Unis: «Chronicle» d’une presse plombée
newspaperdeathwatch.com : «déclin de la presse écrite et à la renaissance du journalisme».

Sources :
Une consommation de médias omniprésents et polymorphes
La presse écrite est-elle une forme de service public ?
Presse écrite: La fin du papier ?
Pour survivre, la presse d’annonces migre sur Internet

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :